Le tourisme en Colombie – Passer par une agence de voyage

Le tourisme en Colombie – Passer par une agence de voyage

Comme vu précédemment, le tourisme est en plein boom en Colombie. Il y a encore seulement quelques années auparavant, rares étaient les agences touristiques européennes à proposer cette destination dans leurs catalogues. À l’heure actuelle, aucune ne veut s’en passer.

On voit une multiplication des agences et de l’offre thématique. Certaines agences se spécialisent dans une région, d’autres dans une activité (plongée, trekking), un thème (archéologie, culture indigène, salsa, café,…) ou alors proposent du sur-mesure, adapté à chaque visiteur.

Cet article fait partie d’une petite série qui vise à conseiller les voyageurs selon les différents modes du tourisme en Colombie; le Backpacker qui voyage en prenant son temps, le touriste qui passe par une agence, le colombien en vacances dans son pays et le tourisme médical.

 

Auparavant, pour préparer un voyage il fallait trouver une agence colombienne sur les guides du Lonely Planet ou du Petit Futé et les contacter directement. Maintenant, les agences européennes vendent des tours avec dates de départ préétablies pour groupes ou même couple. Mais les dérives ne se sont pas fait attendre très longtemps et nous pouvons déjà voir les abus. Dans un cas extrême la situation est la suivante; un couple paye un tour à une agence en France qui s’occupera de réserver les billets d’avion intercontinentaux et contacter l’agence partenaire en Colombie. Le partenaire réserve les hôtels, billets d’avions internes et contacte ses partenaires régionaux. Les partenaires engagent les guides pour la durée déterminée du séjour.

A priori il n’y a rien d’anormal là-dedans, juste une longue chaine de fournisseurs et organisateurs. Sauf qu’en réalité cela signifie payer très cher un tour à une agence pour se retrouver avec un guide peu qualifié et payé au lance-pierres. D’ailleurs, bien souvent avec ce système, les guides s’en sortent grâce au pourboire laissé en plus par les clients. Je précise que pas toutes les agences sont peu regardantes ou scrupuleuses mais c’est la tendance, chaque intermédiaire prend une commission et celui sur le terrain fait ce qu’il peut avec ce qu’il reste.

 

Malgré tout, les avantages de passer par une agence sont nombreux. Voyager en Colombie reste une aventure surtout si on ne maitrise pas l’espagnol et que le temps est compté. Une bonne agence vous fera découvrir les meilleurs endroits avec explications dans votre langue, choisiront des hôtels qu’ils connaissent et offrent un bon service et s’assureront qu’il n’y ait aucun contretemps. Ce service a forcément un prix.

 

Comment voyager dans le pays en passant par une agence de voyage

Pour éviter de mal tomber et s’assurer de passer par une bonne agence, voilà quelques conseils. Je laisse le soin à Alexis et Emilie, un couple de français, de nous aiguiller. Ils ont monté leur propre agence Couleurs Colombia et offre de séjours personnalisés, entièrement sur-mesure. Ils s’entretiennent par Skype avec les visiteurs pour les connaitre et pouvoir proposer un itinéraire correspondant aux attentes directes de ces derniers, en mettant à profit leur expérience et leurs connaissances du terrain. L’accompagnement est optionnel, toutes les réservations sont effectuées auprès des hôtels qu’ils connaissent, les guides attendent sur place et toutes les informations sont fournies pour se déplacer et visiter en toute liberté et simplicité. Bien sûr, Alexis et Emilie sont toujours disponibles pour offrir leur assistance sur place.

Couleur Colombia est unique en étant à mi-chemin entre l’agence de voyage et le backpacker. Ils ont des contacts dans tout le pays et ont bien vu comment fonctionne le tourisme actuellement. Je leur laisse donc donner leurs recommandations.

Les conseils d’Alexis et Emilie

Avant tout, il est important de prendre conscience que la Colombie est un pays très vaste, environ 2 fois la taille de la France, et dont la qualité et l’étendue du réseau routier sont très loin de celles rencontrées habituellement en Europe, les 3 cordillères traversant le pays n’apportant aucune facilité dans les connexions routières entre les différentes villes.

Bien souvent, des agences de voyages proposent donc des circuits incroyables de 2 semaines proposant un tour quasi-intégral de la Colombie, en ne tenant compte que des distances kilométriques. Il est important de savoir que dans certaines parties du pays, un tronçon de route de seulement 130km, selon l’état de la route et la météo du jour, peut représenter un trajet d’une durée de 5h, en général très agité car sur de la piste. Heureusement, d’autres parties du pays présentent de longues routes très convenables.

Les nombreux aéroports que compte la Colombie résolvent en général le problème des connexions, sans être une solution à tout. Certaines destinations voient leur offre aérienne très limitée (1 ou 2 vols par semaine), certains aéroports restent très éloignés des sites d’intérêts (souvent à 1 ou 2h de route) et dans certaines régions où les conditions météo sont souvent capricieuses, on voit décoller ou atterrir les avions au compte-goutte, avec beaucoup d’annulations.

Notre conseil le plus important serait donc d’apprendre à lire entre les lignes d’un programme mettant en avant la multitude et la diversité des régions promises. Ce genre de programme est bien entendu réalisable, mais sera destiné au voyageur privilégiant la quantité de photos qu’il va prendre sur la qualité de la découverte de la destination. Ce dernier passera la majeure partie de son temps dans les transports, là ou d’autres voyageurs peut-être moins gourmands auront diverses occasions de découvrir un peu plus des différentes facettes de la culture colombienne, propre à chaque région, en prenant le temps d’observer ou de participer à des scènes de vie. On ne peut pas visiter toute la Colombie en un seul voyage, autant donc prendre le temps de se laisser séduire par sa culture et ses habitants, ce sont d’ailleurs eux qui rendent ce pays si particulier et différent des autres. Une moyenne de 5 jours par région en comprenant les temps de trajet, visites et temps libres est selon nous un bon rapport qualité-temps pour ceux qui chercheront à associer vacances et découverte.

Concernant la qualité de vos visites, hébergements et guides, il est également important de se mettre dans le contexte touristique du pays. Le tourisme est relativement nouveau en Colombie, les visiteurs actuels (à part les backpackers qui y voyagent depuis bien longtemps avec leurs sac-à-dos) sont encore en quelque sorte des pionniers découvrant un pays encore non-touché par le tourisme de masse (qui ne tardera pas à arriver), les professionnels du tourisme ici sont encore dans une phase d’apprentissage de l’accueil touristique.

Ceci inclut que, parfois, les hébergements proposés ne seront pas forcément de première fraîcheur, l’offre hôtelière peut même se montrer très pauvre dans certaines régions, les petit-déjeuners seront plus souvent locaux que réellement continentaux (on proposera plus facilement des œufs brouillés-jambon que des croissants-confiture). Ne vous attendez pas à avoir automatiquement une carafe d’eau au restaurant ou du vin sur la carte, les colombiens sont surtout habitués à boire des jus de fruit frais durant les repas, ou des sodas. En revanche, un des côtés les plus positifs de la Colombie est que c’est vraiment le pays du service, et les gens que vous rencontrerez feront toujours tout leur possible pour répondre à votre demande (surtout si elle est faite avec le sourire) et vous rendre service, sans attente pécuniaire particulière. Par contre, laisser un pourboire est de rigueur en Colombie, surtout dans les restaurants. On laisse en général 10% de la valeur totale de la note au serveur. Ici les gens sont souvent payés au salaire minimum (environ 250€) qui est loin d’être suffisant pour vivre décemment, les pourboires ont donc une importance toute particulière et ne sont pas uniquement vus comme un « bonus ».

Les guides locaux ne sont pas toujours réellement formés ni professionnels, et ne parlent que rarement le français ou l’anglais, ce qui fera évidement une différence sur la facture des agences embauchant au moins cher pour mieux vendre. Il arrive même qu’un voyageur qui s’est personnellement bien informé en sache finalement plus sur la destination que le guide local engagé par l’agence, qui se montre finalement plus « local » que « guide ». Cependant nous vous rassurons, la majorité des colombiens que vous rencontrerez aiment leur pays et vous parleront de son histoire et sa culture avec une grande passion.

Sachez qu’aujourd’hui, le ministère du tourisme colombien demande à tous les professionnels du tourisme de s’inscrire dans un processus de certification qui implique de ne travailler qu’avec des guides inscrits eux-mêmes au Registre National du Tourisme (RNT). C’est un document ressemblant à un diplôme, délivré chaque année, que vous pouvez demander à consulter à chaque guide ou prestataire de service engagé par l’agence vous ayant vendu votre voyage.

De nombreuses personnes pensent encore qu’étant un pays d’Amérique Latine, la Colombie doit être un pays pauvre, et que l’on peut y voyager dans le confort le plus absolu sans que cela ne coûte cher. C’est faux. La Colombie ne fait pas partie du tiers-monde, c’est même la 4ème puissance économique latino-américaine. Alors oui, la vie y coûte relativement moins cher qu’en Europe, mais ne pensez pas voyager dans le luxe sans que cela ne se ressente sur le portefeuille, surtout sur des destinations comme Carthagène où les tarifs pratiqués sont parfois plus cher qu’en Europe.

 

Concernant la question de la « meilleure saison pour visiter la Colombie », la diversité de reliefs, d’écosystèmes et de latitudes que présente le pays fait que l’on peut rencontrer tout type de climats, et qu’à n’importe quel moment de l’année, il fait très chaud par endroits, il pleut dans d’autres, et de nombreuses régions montagneuses sont très tempérées par des altitudes raisonnables. Il n’y a donc pas une saison mieux qu’une autre pour venir, tout dépend dans quelles régions vous comptez vous rendre. Notamment, certaines périodes seront associées à des pics touristiques faisant monter les tarifs des hébergements, en général la semaine sainte (entre mars et avril), les mois de juillet-aout, et la fin du mois de décembre.

 

Si vous souhaitez découvrir la Colombie en passant par l’intermédiaire d’une agence, deux options s’offrent à vous :

 

  • Contacter une agence de voyage traditionnelle, que vous trouverez près de chez vous, ou une grande enseigne que vous trouverez facilement sur internet. L’avantage est que ces dernières vous proposeront des « packs » tout compris, éventuellement adaptables, billet d’avion et assurances inclus. En revanche, il est peu probable que la personne vous conseillant connaisse personnellement le terrain où elle s’apprête à vous envoyer et passera donc par une chaine d’agences intermédiaires pour rechercher les informations qui vous intéressent. L’inconvénient principal ici est que plus cette chaine sera longue, plus les informations risqueront de s’égarer ou de se déformer. C’est comme ça que certains voyagistes vous rassureront avec de simples trajets de seulement 150km qui en réalité se transformeront en 5h de montagnes russes.

 

  • L’autre option est de contacter directement une agence réceptive locale, directement située en Colombie. C’est cette même agence qui est à la fin de la chaine d’intermédiaires que contacte l’agence de voyage traditionnelle, et c’est elle-même qui organisera la quasi-intégralité de votre séjour. Aujourd’hui grâce à Internet, il est beaucoup plus facile de les trouver. L’avantage ici est que la personne vous conseillant vit directement sur le terrain, et c’est en général la personne la mieux placée pour vous aider à organiser votre séjour et répondre directement à vos questions. Avec un peu de chance, c’est même elle qui viendra vous accueillir à l’aéroport lors de votre arrivée, et elle vous aidera à préparer un vrai séjour sur-mesure. L’inconvénient ici est que toute l’organisation doit se faire à distance, ce qui requiert une certaine confiance de chaque côté, et vous devrez acheter votre billet d’avion et assurances de votre côté (pour les assurances annulation-perte de bagage-rapatriement, les cartes bancaires Visa Premier et MasterCard Gold incluent normalement automatiquement ces services).

 

Pour récapituler, que vous contactiez un type d’agence ou l’autre (aucun style n’est meilleur que l’autre), n’oubliez pas :

  • Il n’y a pas de questions idiotes, posez-en un maximum, c’est votre voyage qui se prépare. Un bon conseiller voyage saura se montrer patient et disponible.
  • Ne soyez pas trop gourmands sur le programme, ou vous risquez de passer la majeure partie de votre voyage dans les transports et chambres d’hôtels. la Colombie est un pays offrant une multitude de richesses géographiques et culturelles, mais la plus grande est dans le cœur de ses habitants.
  • La différence culturelle inclut une différence alimentaire, la gastronomie est différente de l’Europe mais présente ses propres richesses. N’ayez pas peur de goûter et de changer vos habitudes le temps d’un voyage
  • C’est le pays du service, les gens n’hésiteront pas à vous rendre service si vous le demandez gentiment, ce qui peut vite gommer certaines imperfections dans les infrastructures.
  • Ne vous attendez pas à voyager dans le luxe si vous n’y consacrez pas le budget correspondant. Ce n’est pas non plus une raison pour payer hors de prix un voyage dont les services ne sont pas à la hauteur.

 

N’hésitez pas à faire part de votre expérience et propres conseils. J’y répondrai avec plaisir dans la mesure du possible, sinon je laisserai le soin aux professionnels de le faire, d’ailleurs un grand merci à Alexis et Emilie de Couleurs Colombia d’avoir contribué à la rédaction de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *