Étiquette : Travailler en Colombie

PVT – Programme Vacances Travail

PVT – Programme Vacances Travail

PVT, le Programme Vacances-Travail ou Permis Vacances-Travail offre aux Français la possibilité unique et très avantageuse de partir à l’étranger et rester jusqu’à 1 an dans un des 13 pays qui font partie de cet accord. Il permet de profiter d’un séjour plus long que les 3 ou 6 mois généralement accordé aux touristes et même de pouvoir gagner un peu d’argent pour subvenir aux besoins sur place. Lisez ici les astuces pour gagner de l’argent en Colombie.

Ce sont quand même 40’000 Français qui en profitent chaque année. Chaque pays pose des conditions différentes sur l’âge, la durée, le coût administratif et surtout les quotas d’admission.

 

Conditions de l’accord avec la Colombie

 

La Colombie a des accords PVT seulement avec la France (depuis 2015), le Chili, le Mexique et le Pérou. Les Français doivent être âgés entre 18 et 30 ans. Le visa est gratuit, valable 1 an, peut être obtenu une seule fois et n’est pas prolongeable non-plus.

Il y a un quota de 300 personnes par an qui n’est pas atteint, mais vu l’attrait grandissant cela va peut-être arriver ces prochaines années.

 

Documents à fournir

 

Passeport Français valide et une copie de la page principale.

Copie des tampons d’entrée et sortie de Colombie si un voyage y a déjà eu lieu.

Photo d’identité, 3×4 cms, couleur sur fond blanc

Lettre de bonne foi, disponible sur la page du Ministère : Formato Vacaciones Trabajo

Lettre de motivation indiquant l’itinéraire détaillé avec dates et lieux prévus pendant le séjour ainsi que la description des activités.

Extraits bancaires des 3 derniers mois indiquant un solde supérieur à 5 salaires minimaux colombiens. En 2017, il se situe à 737’717 pesos, ce qui représente 3’688’585 pesos ou environ 1’100 Euros.

Un titre de transport aller-retour. La durée dans le pays devra donc être inférieure à un an.

Une assurance maladie et accident pour la durée complète du séjour.

 

Comment faire la demande

 

Le système et la classification des visas colombiens ont changé en Décembre 2017. Avant cela le PVT correspondait au visa TP-16 mais depuis est entré dans la catégorie Visiteurs (V).

Les demandes se font auprès du consulat colombien à Paris ou en ligne sur la page du Ministère des Affaires Étrangères à Bogotá avec le lien : Visa Cancillería.

C’est efficace et rapide même si la plateforme est contraignante. La photo doit être en format JPG de 300kb maximum et les documents en format PDF de 3Mb maximum. Le nombre de fichiers est limité, essayez de regrouper des pages dans le même document.

Remplissez le formulaire en ligne et joignez les copies de tous les documents cités plus haut. Vous recevrez un numéro de dossier en retour.

Contactez le consulat directement en communicant le numéro de dossier pour prendre rendez-vous pour un entretien. Vous pouvez écrire à visas@consulatcolombie.com (email à vérifier) ou appeler au +33 0153939191.

Lors de l’étude ou de l’entretien, le consulat se réserve le droit de demander des documents supplémentaires et peut même refuser l’octroi du visa sans justification, sous principe de souveraineté nationale.

L’étude et l’obtention du visa sont gratuites et prend une dizaine de jours maximum. Prévoyez de faire la demande entre 20 et 30 jours avant la date de voyage.

 

Après approbation du visa

 

Le Ministère délivre un e-visa qu’il faut présenter à une autorité colombienne compétente avant 30 jours. Le visa sera imprimé et collé dans le passeport. À l’extérieur du pays, c’est le consulat qui s’en charge, tandis qu’à l’intérieur c’est auprès du Ministère à Bogotá à la Torre 100 (Avenida 19 # 98-03).

Ensuite, il faut faire enregistrer le visa auprès de Migración Colombia avant 15 jours pour recevoir  la carte d’identité (cédula de extranjería), contre frais supplémentaires d’environ 160’000 pesos bien évidemment. Attention, ne pas respecter cette règle entraine une amende et peut-être l’annulation du visa.

 

Si vous désirez savoir combien coûterait un séjour en Colombie pour un étudiant, lisez l’article « Budget Colombie » de colombianito.fr. Si vous pensez avoir besoin de travailler sur place pour gagner un peu d’argent, lisez mon article sur les petits boulots en Colombie.

Les petits boulots en Colombie

Les petits boulots en Colombie

Est-il possible de gagner de l’argent sans être spécialisé ou avoir un capital à investir ?

 

Au fur et à mesure que la Colombie devient accessible au tourisme, aux stages professionnels, aux échanges universitaires et autres spécialisations académiques, MBA, le pays attire les occidentaux pour vivre une aventure unique et une expérience de vie. Certains espèrent venir pour un semestre ou deux, voire presque 2 ans pour des études supérieures.

Cependant la Colombie n’est pas exactement un pays bon marché. Vivre à Bogotá peut même être assez cher. Lisez mon article sur Le coût de la vie en général ou celui de colombianito.fr sur le budget pour un étudiant.

Généralement les étudiants comptent sur des petits boulots pour financer leur vie sur place, mais la situation n’est pas comparable avec l’Europe ou les États-Unis. C’est relativement facile de trouver un travail comme serveur, les restaurants sont en recherche constante de personnel fiable, mais ça sera très mal payé. Idem pour les vendeurs en magasins. Ce sont des postes pour personnes pas ou peu qualifiées et donc payées au salaire minimum de 737’717 pesos, temps plein, avec peut-être un dédommagement pour le transport. Alors que la location d’une chambre meublée coûte entre 400’000 et 600’000 dans un quartier estrato 3-4, un poste à mi-temps ne serait même pas suffisant. Ces boulots sont en principe pour étudiants ou personnes n’ayant pas de loyer à payer ou personne à charge.

 

La situation est similaire pour n’importe quel travail de service pas ou peu qualifié ; réception d’hôtel, nettoyage, call center, télémarketing, livreur, etc…

 

 

Comment gagner plus que le minimum ?

Pour se démarquer il faut offrir une valeur ajoutée, en rapport avec la langue française par exemple ou gagner des Euros pour profiter du taux de change avantageux (1EUR = env. 3’450 COP).

 

Professeur

Pour un universitaire de langue maternelle française, il existe la possibilité d’enseigner quelques heures par semaines. Soit dans une école, soit en cours particulier, soit par internet.

Visitez les écoles et instituts de langue en présentant votre CV. Laissez des annonces dans les cafés internet. Rencontrez des francophones qui auraient des amis colombiens intéressés à apprendre.

Inscrivez-vous sur internet. Il y a de nombreuses pages pour enseigner le Français Langue Étrangère (FLE) mais pas seulement, on peut y enseigner d’autres matières aussi.

Tutors-Live, Superprof, Live-French, Edulide, ou des pages Anglophones comme Preply, Tutora, BuddySchool. Regardez cette liste pour encore plus de sites et ce tutoriel pour vous préparer à donner des cours en ligne.

 

En plus des langues, vous pouvez enseigner la musique. Si vous êtes doué, emmenez votre instrument et matériel pédagogique.

Traducteur

Pour les bilingues, la traduction en ligne offre une liberté d’horaires et de volume de travail. Des sites comme Codeur.com, TextMaster ou même Elance offrent des mandats par mots, pages ou sites internet entier à traduire. Il y a des appels d’offre et des qualifications sur le travail accompli.

Des sites internet multilingues ou des journaux peuvent aussi avoir besoin de traducteurs avec contrats fixe, la distance peut même les arranger pour payer moins qu’un salaire français, mais qui restera élevé pour la Colombie. Renseignez-vous.

 

Commerce sur internet

Comme tout s’achète et se vend sur internet, la Colombie a des produits qui peuvent intéresser les français. L’artisanat, l’art, les vêtements, sacs à main, hamacs sont de bonnes qualités, de bon goût et assez économique pour les envoyer en France. Il y aussi des produits beaucoup plus originaux comme les super-aliments ; Quinua, Chía, Sasha Inchi, Açaí qui trouvent un public prêt à payer le prix.

Alors bien sûr, cela prend du temps de se faire remarquer et trouver des clients. Mieux se préparer avant de voyager en contactant des magasins locaux qui pourraient être intéressés par vos produits. Pas la peine de créer un site internet, vendez plutôt vos produits sur Ebay ou d’autres plateformes.

 

Au pair

Pour celles et ceux qui savent s’occuper d’enfants et ont un bon feeling avec eux, voilà un travail où les langues étrangères font la différence.

De plus en plus de parents cherchent à préparer leurs enfants assez tôt au commerce international ou aux études supérieurs à l’étranger. Des familles de beaux quartiers, estratos 5 et 6, recherchent souvent des jeunes au pair pour qui parleraient francais et/ou anglais pour jouer, converser et aider aux devoirs. Le nombre d’heures et la disponibilité est négociable. Posez des annonces dans les écoles et lycées bilingues, il y en a beaucoup.

(Merci à Justine de Cali pour sa participation sur ce point)

 

Guide

Les agences de voyage ont un besoin grandissant de guides parlant d’autres langues que l’espagnol. Cela va de guides accompagnant les touristes tout au long du séjour, comme juste pour une région, une ville ou même une activité spécifique. Une agence basée à Bogotá pourrait avoir besoin d’un guide à Cali par exemple, juste 1 ou 2 jours lors de cette étape.

Certains hôtels apprécient aussi avoir un guide bilingue à disposition pour proposer des activités à leurs hôtes.

Cependant on ne peut pas s’improviser guide du jour au lendemain. De plus en plus, les agences comme les autorités exigent l’inscription au Registre National de Tourisme (RNT). Prenez contact en avance avec des agences et faites valoir de vos connaissances sans faille de l’histoire, géographie et culture.

Concierge d’hôtellerie

J’ai écrit que réceptionniste ne gagne pas beaucoup plus que le minimum, mais concierge est une toute autre fonction. Les hôtels de luxe, internationaux, d’affaires, ont besoin de personnels qualifiés et multilingues pour cette fonction qui consiste à accueillir, renseigner et conseiller les clients. C’est un travail d’équipe, il faut encadrer le personnel, faire des réservations, connaitre parfaitement l’environnement local pour répondre aux exigences de clients fortunés.

Toutes les plus grandes et prestigieuse chaines d’hôtels sont présentes en Colombie, notamment à Bogotá, Carthagène, et Medellin. De plus en plus de zones touristiques voient l’arrivée de grands hôtels pour répondre à la demande.

 

 

Conseils

À l’heure actuelle, pour un européen venant vivre en Colombie, il vaut mieux être spécialisé ou avoir de l’argent à investir. Comme ce n’est pas le cas pour un étudiant, il vaut mieux travailler quelques mois en Europe et mettre de l’argent de côté pour subvenir aux besoins sur place. Vous pouvez toujours travailler par la suite pour moins toucher aux réserves mais il ne vaut mieux pas arriver en comptant dessus pour tenir jusqu’à la fin du séjour.

Les lois sont assez laxistes et il y a peu de contrôles. La majorité de la population continue à régler ses transactions en espèces et il est commun de payer un service sans le déclarer. Vous pouvez donc facilement travailler au noir, offrir des cours, sans que personne ne tape à votre porte pour exiger une déclaration d’impôts ou certificat professionnel.

Les Français âgés entre 18 et 30 ans peuvent demander un visa spécial d’une année qui permet de travailler librement. C’est le PVT, programme vacances-travail. De plus, le visa est gratuit. Regardez ici comment l’obtenir.

Le marché de l’emploi est plutôt ingrat pour les colombiens. En offrant des cours de français ou en commercialisant des produits pour l’Europe vous n’entrez pas en concurrence avec la population locale. Au niveau conscience, c’est surement préférable plutôt que de prendre un poste de serveur ou réceptionniste qu’un colombien pourrait faire et en aurait plus besoin.

Dans la mesure du possible, préparez-vous en avance. Rédigez votre CV avant d’arriver. Contactez des écoles. Obtenez du matériel pédagogique. Renseignez-vous sur l’artisanat, les produits et où vous pourriez les vendre. Cherchez des distributeurs. Regardez comment procède la concurrence et à quelles prix. Lisez sur le pays. Apprenez sur la culture. Mettez-vous en contact avec des agences en Europe et en Colombie. Commencez à vous positionner comme traducteur.

Bref, arrivez avec un plan mais soyez prêt à le changer à votre arrivée.